Développer un produit de niche, le parcours de Marie Pélissier et de Sophie Durand .   

« Le digital est notre premier canal de vente »

Venues du monde de l’édition, Marie Pélissier et Sophie Durand ont toujours eu l’envie de développer leurs projets personnels. Avec la petite poule de TetrasLire, elles volent maintenant de leurs propres ailes…

 

« Il y a de nombreux avantages à l’indépendance »

Marie Pélissier est éditrice de formation. Elle a connu plusieurs maisons d’édition avant de se mettre à son compte. Un jour, elle a su qu’il était temps pour elle de tourner la page, guidée par un projet phare : monter sa propre entreprise.

Cette maman de 5 enfants était déjà consciente qu’il manquait quelque chose du côté de la littérature jeunesse. L’offre disponible pour les 8-12 ans était trop formatée. Tous les enfants qu’elle interrogeait le lui confirment. Le savoir était un début, elle devait trouver comment combler ce manque…

En 2015, Marie Pelissier et Sophie Durand fondent TétrasLire. Cette revue, qui correspondait à un besoin profond des enfants, répondait aussi aux leurs.

Aujourd’hui, l’éditrice et la graphiste profitent des nombreux points positifs de l’indépendance, ceux qu’elles imaginaient déjà avant de se lancer : la flexibilité, l’initiative personnelle et le choix des projets sur lesquels elles souhaitent travailler.

« Une mascotte a permis de fidéliser les lecteurs »

Avec TétrasLire, Marie et Sophie se sont appuyées sur un constat : le cerveau des enfants de 8 à 12 ans est très souple. Ils peuvent se passionner pour des sujets, devenir des experts très rapidement. Et les titres qui leur permettaient d’exploiter cet aspect de leur personnalité étaient encore trop rares.

Elles se concentrent alors sur l’idée d’une littérature profonde, exigeante. Grâce à leur revue, les enfants peuvent accéder à des textes de grands auteurs, avec des explications qui les accompagnent, des illustrations qui mettent les textes en valeur, des dossiers portant sur des sujets précis. Chaque numéro se focalise sur un thème, en suivant l’ordre alphabétique : A comme à l’abordage, B comme Brocéliande…

Elles ont trouvé un filon. Personne ne propose le même produit qu’elles. La revue de 96 pages s’est imposée comme un gage de qualité. Elle est maintenant distribuée à 2 500 exemplaires.

Leur plus grande réussite, c’est que les enfants s’y attachent. TétrasLire, c’est aussi une mascotte, qui porte le même nom. Elles reçoivent du courrier des lecteurs, qui s’interrogent sur les sujets des numéros suivants, leur envoient des dessins. Un lien s’est créé.

« Le digital est notre premier canal de vente »

Pour avancer, Marie et Sophie appliquent la méthode des petits pas : faire une chose après l’autre pour ne pas se noyer. Se fixer des objectifs atteignables pour savoir où l’on va.  Avant de lancer TétrasLire, elles ont effectué une étude de marché. Et elles continuent à étudier de près ce qui plaît ou non aux enfants (leurs courriers sont un bon indicateur).

Elles sont obligées de prioriser leurs tâches : le rythme d’une revue mensuelle est très soutenu. Mais le fait d’avoir son propre projet, de le réussir, les motivent, semaine après semaine.

Une fois la revue créée, il fallait la faire connaître. Elles ont utilisé tous les supports habituels : le bouche-à-oreille, les opérations de découverte dans les écoles, les parrainages… Leur premier canal de vente reste pourtant le digital. Les réseaux sociaux leur permettent de multiplier l’effet de toutes ces opérations auprès de leur cible principale, les parents qui ont entre 35 et 45 ans.

Grâce à Neocamino, le trafic sur le site internet a doublé. Il leur manquait un input pour booster leur communication digitale, ainsi qu’un accompagnement ciblé. Aujourd’hui, le nombre d’abonnements a progressé, alors qu’il était stable depuis un moment.

Marie a déjà déterminé son prochain objectif pour passer à la prochaine étape de son activité : atteindre 3 000 abonnés et embaucher une nouvelle personne dans son équipe.

« En étant accompagnées, on avance mieux et plus vite »

Marie Pélissier voulait diriger son propre projet. Mais pas nécessairement toute seule. Elle a d’abord contacté des organisations qui aident les entrepreneurs, comme RDI (Rhône Développement Initiative) ou Entrepreneurs au féminin.

L’éditrice l’a très rapidement constaté : « Parfois, on croit qu’on est seul à pouvoir y arriver car on connait son produit, mais ce n’est pas vrai ».


En identifiant les partenaires dont elles avaient besoin pour franchir des étapes clés de leur parcours, en n’hésitant pas à frapper aux portes de ceux qui pouvaient leur être utiles pour grandir, Marie Pélissier et Sophie Durand ont fait progresser TétrasLire.

Les conseils qu’elles ont reçus les ont aidé à avancer… et c’est dans le même état d’esprit qu’elles se sont adressées à Neocamino.

« Nous pourrions développer d’autres produits dans quelques années »

Si la littérature est la thématique de base de TétrasLire, Marie et Sophie réfléchissent déjà à d’autres revues dans les domaines des sciences, les mathématiques, la physique ou l’astronomie fascinent les jeunes lecteurs, qui ne demandent qu’à être nourris d’informations.

Elles imaginent aussi proposer d’autres produits, toujours dans le cadre des éditions Alba Verba : des livres, des produits en lien avec le parascolaire, des outils d’aide à la pédagogie. Au contact direct des enfants, elles veulent développer une offre qui répondra à leur curiosité.

Et elles continueront sans doute à aller solliciter des personnes qui les aideront, elles, à continuer de grandir.

VOUS AUSSI ! PASSEZ A LA PROCHAINE ETAPE POUR VOTRE ENTREPRISE